Vivre avec ses peurs au quotidien

Si vous avez lu mes précédents articles, vous savez maintenant que je suis une grande timide, hypersensible, introvertie, qui manque de confiance en moi et qui cherche à évoluer et à grandir. 

Donc des peurs, j’en ai eu toutes une floppée depuis mon enfance ! 

Mon expérience de la peur

Peur de lever le doigt en classe, peur du regard des autres, peur de me tromper, peur d’échouer, peur de déplaire, peur d’être abandonnée, de ne pas être à la hauteur, de parler en public et j’en passe ! 😅 Voici quelques exemples qui me viennent spontanément en écrivant cet article.

Comme je suis une éponge émotionnelle, j’ai également absorbé celles de mon entourage.

Et en devenant maman, j’ai de nouvelles peurs qui sont apparues concernant mon rôle de parent, mes enfants et leur vie présente ou future.

Sauf que, quand tout est angoisse permanente, et ben, c’est pas rigolo tous les jours la vie ! Tu n’oses plus rien faire de nouveau, tu te caches derrière les autres dans certaines situations, tu stresses deux semaines avant un événement pour rien, tu anticipes toutes les possibilités qui pourraient peut-être mal tourner. C’est pas très serein tout ça ! 

Cela engendre des troubles du sommeil, de l’irritabilité, de la déprime, un enfermement sur soi. Et surtout, tu t’éloignes de toi-même. Ca t’empêche d’avancer et d’aller vers la vie que tu mérites de vivre sur cette Terre.

Bref ! 

Dans mon parcours de développement personnel, qui m’a fait petit à petit prendre conscience de mes fonctionnements, j’ai réussi à prendre du recul sur mes émotions et mes réactions et donc sur mes peurs.

Et un jour pas si lointain, j’ai eu une révélation :

« Je peux choisir de vivre dans la joie, la confiance et l’amour, et plus dans la peur ! »

Donc j’ai commencé à me frotter à toutes mes peurs : les débusquer, les comprendre, connaître leur origine. Je me suis rendue compte à ce moment là que certaines étaient dues à ma personnalité et à mon parcours de vie. Mais aussi, que certaines ne m’appartenaient pas, tout en étant ancrées en moi.

D'où viennent nos peurs ?

Au départ, la peur est une émotion essentielle pour notre survie, car elle nous protège du danger. 

Face à un danger réel, il y a trois réactions possibles : la sidération, la fuite et l’affrontement.

Mais, ça c’est la peur instinctive, pas celle que l’on construit ou que notre environnement construit pour nous.

Sur notre chemin de vie, lorsque nous sommes enfants (ou après), nous vivons des expériences avec une émotion ou un ressenti négatif. Cela envoie un message à notre mental, qui les catalogue comme potentiellement dangereuses pour nous. Si la même expérience se reproduit de la même façon, cela renforcera le processus. C’est ainsi que se créent nos peurs et nos croyances limitantes. A chaque fois que cette situation, ou une qui se rapproche, arrivera par la suite, notre mental enverra la peur pour nous empêcher d’y aller et nous protéger.

Je vous donne un exemple : 

Je suis une enfant timide et je dois aller chercher le pain toute seule à la boulangerie. Je fais la queue et lorsque j’arrive devant le boulangère, je bafouille, je n’arrive pas à demander ma baguette et des gens rigolent derrière. 

J’ai honte, je ne me sens pas bien et Pof : alerte rouge ! Mon cerveau se dit que c’est dangereux d’aller chercher du pain. 

Il suffit que cela se reproduise dans différents endroits : à l’école, en famille, dans d’autres magasins et Pof : demander un renseignement ou prendre la parole est dangereux. La peur s’ancre alors petit à petit.

Alors qu’on est d’accord qu’il n’y a aucun danger vital et que c’est plutôt embêtant au quotidien d’avoir peur d’aller acheter son pain au chocolat pour son goûter !

Il peut s’agir de peurs précises et nommables ou de peurs indéfinissables. Elles peuvent être légères ou intenses, fréquentes ou exceptionnelles.

La bonne nouvelle

La bonne nouvelle, c’est que lorsque ces peurs nous freinent et nous dérangent, nous pouvons travailler dessus et les déconstruire.

Depuis que je suis entrepreneure, je ne vous cache pas que ça bosse dur dans le domaine ! Imaginez : Comment se faire connaître quand on a peur d’être visible ?! 🙄

Je pense qu’il est important alors de voir la peur comme un signal, comme toutes les autres émotions d’ailleurs. De l’accueillir, de prendre du recul et d’écouter ce qu’elle a à nous dire. Parce que souvent, c’est là où ça fait peur qu’il faut aller pour évoluer, grandir et s’épanouir. C’est normal d’avoir peur de l’inconnu et du changement. Mais la vie, n’est que changement perpétuel et demande de l’adaptation et de la résilience.

Si nous arrivons à cibler une peur, nous pouvons la déconstruire en vivant des expériences positives. 

Nous pourrons alors dire à notre mental et à notre enfant intérieur : 

« Vous voyez, vous n’avez plus besoin de vous inquiéter. J’ai grandi et cette situation n’est plus un danger pour moi. Merci d’avoir voulu m’en protéger jusqu’à maintenant ! » 🙏

Pour accompagner ce processus, les Fleurs de Bach sont un vrai soutien. Il y a même une famille de fleurs entièrement consacrée aux peurs.

Famille des peurs dans les Fleurs de Bach
Famille des peurs dans les Fleurs de Bach

🎁 CADEAU 🎁

Pour terminer, je vous propose un cadeau pour vous accompagner dans votre cheminement avec vos peurs.

C’est un protocole qui m’est venu à un moment où j’avais besoin de me libérer de certaines peurs qui m’empêchaient d’avancer dans ma nouvelle activité pro. 

Je vous souhaite une belle expérience et je serai heureuse d’échanger avec vous à ce sujet et d’avoir vos retours !

Laisser un commentaire